Un site, une association

Un espace d'échanges pour ne plus être seul avec sa scoliose

Avatar de l’utilisateur
Par chris
#307582
fBonsoir Anais

Effectivement comme tu l'as compris, SP a besoin de vous tous pour vivre, SP se meurt par manque d'entraide et de soutien. C'est bien dommage.
Je te remercie pour les messages de soutien que tu as apportés aux autres membres.
C'est super aussi d'avoir pu aussi aider des personnes autour de toi.
Pour la reprise du travail, tu verras avec le dr S fin aout ce qu'il en pense et comment tu te sens aussi, et c'est aussi en fonction du travail que tu fais.
C'est vrai que les délais pour la réeducation sont très longs et une fois qu'on travaille, ce n'est pas simple de s'arrêter. Et pourtant cette réeducation est vraiment très bénéfique.
Tu peux aussi échanger sur le sujet avec le dr S pour savoir ce qu'il en pense pour ton cas

:plage
Avatar de l’utilisateur
Par Rosy
#307714
eh oui, le partage est important sur le forum et les nouveaux membres à la recherche d'infos et de soutien, ont tant besoin de nous tous! Je vois que tu as déjà bien récupéré depuis ton opération et que tu es déjà bien active, si bien que tu penses déjà à une reprise du travail. tu verras avec le chirurgien ce qu'il en pense en fonction de la prise de ta greffe; il ne faut surtout pas prendre de risques qui risquent de te suivre longtemps.... que fais-tu comme travail?
Avatar de l’utilisateur
Par severine1974
#307797
Bonjour Anaïs
Contente de lire tes nouvelles.
Je viens de voir que tu seras présente à l'AG, je suis contente.
Je serais présente avec Célia mais nous ne resterons pas le soir cette année.(anniversaire de mon neveu).
A bientôt
:sunglass :sunhat :suntongs
Avatar de l’utilisateur
Par chris
#307819
Bonjour Anais

Si tu veux participer à la prochaine AG de l'association, n'oublie pas de t'inscrire avant le 9 octobre via le bulletin d'inscription
Avatar de l’utilisateur
Par chris
#310294
Bonjour Anais

Je reprends le fil de ton histoire, et tu avais un rdv fin aout.
Quels ont été les nouvelles suite à ce rdv ? as tu repris le travail depuis et comment cela se passe ?

Tu désirais aider l'association, n'hésites pas à apporter un peu de soutien de temps en tempas aux autres membres,
Et si tu le désires, tu as du voir qu'on recherchait des volontaires pour des articles pour la revue Zig Zag, si tu veux partager ton vécu tu peux nous transmettre un petit écrit.
Et d'autre part nous recherchons des volontaires pour tenir des stands en juin, si tu as envie de participer à la compagne de sensibilitation sur le dépistage de la scoliose, n'hésites pas à nous contacter

:crepe1
Avatar de l’utilisateur
Par Rosy
#310529
plus de nouvelles depuis un moment! comment vas-tu? n'hésite pas à passer par là et comme tu le proposais, apporter ton aide sur le forum et au niveau de l'association. toute aide est précieuse!
Avatar de l’utilisateur
Par severine1974
#310624
Bonsoir Anaïs,

Comment vas -tu?

Si tu veux participer aux journées de dépistage en juin, peut-être pourrions nous tenir un stand ensemble?

:SV1 :SV1 :SV1
Avatar de l’utilisateur
Par Anaïs1977_69
#314664
Bonjour Séverine,

Désolée de ne pas avoir répondu plus tôt... La reprise du travail est compliquée.
J'ai repris à temps plein début décembre. Jusqu'à février, j'e me suis "réinsérée" comme j'ai pu dans le flot des nouveautés de mon entreprise (changement de poste, de direction générale, campagne de déremboursement - je bosse pour un labo pharma- , annonce d'un plan social économique, nombreux mouvements de collaborateurs)... bref situation instable qui, tant qu'elle était en progression constante était tenable, malgré fatigue de la ré-adaptation au rythme de travail soutenu physique et moral. Et là... Covid arrive la dessus... j'ai perdu tous mes faibles repères. J'ai tenu malgré tout jusqu'à fin mai entre qques jours de télétravail, des remplacements en production, et mon activité sur site, j'ai galéré pas mal, jusqu'à épuisement physique et moral. Il a fallu que je m'arrête: j'avais très mal au dos ainsi que des douleurs dans une jambe qui me font "tirer la patte" (je pense que l'arrêt de la natation, gym et kiné hebdo n'ont pas arrangé), plus grosses pertes de mémoire, incapacité à me concentrer sur quoi que ce soit, gros stress car je me sentais impuissante et inutile... bref, il a fallu un entretien avec ma responsable pour me rendre compte (car je faisais tout pour tenir, mais au point de compenser en faisant + d'heures de travail... cercle vicieux) que j'allai droit au clash, j'avais même un bon pied dedans.
Aujourd'hui je suis en arrêt, j'ai demandé de l'aide à une psy qui m'a fait tenir un journal quotidien de ce que je ressentais et pourquoi. A ma grande surprise, moi qui mettais mes maux sur le compte du travail, il s'est avéré que seules mes crises d'angoisse étaient provoquées par des pensées en lien avec le travail. Mes effondrements (= pleurs) sont toujours liées au fait que j'ai cette maladie, que j'ai été opérée, que je garde des séquelles.
Pour moi, au vue de ce que disait le corps médical: que j'étais "réparée", que c'était un succès, que ma récupération était très bonne, je me disais que c'était fini, que je tournais une page et me réinvestissais dans la vie normale.
Mais apparement ma raison est partie dans cette voie, mais pas mes émotions... ni mon corps qui le fait savoir.
Aujourd'hui je me sens vraiment déprimée de cette situation... Les gens me disent autour de moi que je vais super bien, que la vie est belle... mais je n'arrive pas à voir cela. Je me sens triste au point de tout laisser tomber, vide d'énergie... A quoi bon? pendant 1 an (opérée le 16/01/2019), j'ai batailler pour retrouver un corps "normal", en m'organisant un planning de rééducation entre nanation, marche et vélo d'appatrement, pour ne pas compter sur le séjour en rééducation (que je n'ai d'ailleurs pas eu car il y avait trop d'attente: j'ai été convonquée par le centre en mars alors que ça faisait 3 mois que j'avais repris le travail).
Et à quoi bon tout ça? Tous ces efforts?
J'espérais que cette opération était une solution... mais je me rends compte que c'est un pis-aller. Et il faudra remettre ça d'ici une dizaine d'années pour rallonger le montage. Et je commence à me demander dans quelles conditions je vais arriver jusqu'à cette opération? Est-ce que je vais devoir supporter des douleurs de plus en plus forte jusqu'à ce que ma coupe soit pleine?
Encore toutes mes excuses pour mon inactivité sur le forum, je ne me sens pas suffisemment forte pour soutenir, n'arrivant déjà pas à me soutenir moi-même!
Avatar de l’utilisateur
Par moutte
#314665
je comprends ton ressenti et mal-être tu as déjà réussi à cibler le pourquoi de certains maux avec ton cahier

c'est un bon début, je te souhaite de continuer sur cette voie qui semble la bonne même si pour le moment cela ne te saute pas aux yeux, la psy va beaucoup t'aider je l'espère

je t envoi beaucoup de courage et pensées positives
Avatar de l’utilisateur
Par severine1974
#314673
Bonjour Anaïs,

Comme je viens de lire, ces derniers mois ont été compliqués pour toi, en plus la période n'a pas aidé du tout.

J'espère de tout cœur que la psy va t'aider à surmonter tout ça et à aller de l'avant, et que tous ces maux vont s'estomper progressivement.

Plein de courage à toi
Avatar de l’utilisateur
Par Nath72
#314679
Bonjour Anaïs, fort heureusement tu as su t'écouter et t'arrêter avant l'épuisement total . Maintenant, l'aide psychologique va faire ses effets tranquillement, petits pas après petits pas. Après l'intervention, on se sent reboostée car la crainte de l'opération est derrière nous, mais le chemin est encore long. Notre pathologie se fait encore sentir, différemment , l'entourage comprend moins bien si on émet une plainte car pour beaucoup l'opération doit résoudre tout.
Nous, nous savons que cela est plus complexe que ce que l'on montre en apparence. Bonne continuation .
Avatar de l’utilisateur
Par crincrin
#314694
Bonjour Anaïs,
oui, les conditions que nous vivons actuellement sont dures, et encore plus pour nous, déjà bien marqués par la scoliose.
Le travail de reconstruction morale est long, mais tu es en bonne voie, et dans quelques temps tu pourras mesurer tout le chemin parcouru pour arriver à un mieux être. La tenue d'un journal quotidien t'y aidera, et une bonne idée aussi est d'y noter en fin de journée 3 choses positives de la journée, aussi infimes soient-elles, car elles permettent de redonner du baume au coeur.
(Je peux un peu comprendre par où tu passes, pour avoir vécu également une période de dépression, bien que non opérée.)
N'hésites pas à revenir vers nous,
à bientôt
:eteSP :souutien
Avatar de l’utilisateur
Par Fanette
#314701
Bonsoir Anaïs,
Je pense que je vais encore répéter les mêmes choses. Notre corps a subi un si grand bouleversement avec cette opération, chirurgie qui est lourde, qu'il lui faut du temps pour l'accepter. Tout change, nos repères, l'acceptation de tout ce matériel, cette nouvelle raideur ... Et il faut également parler du paramètre psychologique. Il faut que notre cerveau accepte tous ces changements. Notre cerveau également a trinqué, grosse anesthésie, repères physiques changés. Je crois que la déprime est obligatoire si on ne laisse pas tout cela s'équilibrer. Malheureusement, il faut aller vite, vite récupérer, vite sortir de l'hôpital, reprendre les activités à la maison, puis les activités professionnelles.
Pose toi, Anaïs, profite de cette parenthèse d'arrêt pour te dorloter, te chouchouter. Accepte cette op non pas comme un pis aller, mais comme quelque chose d'inéluctable. On continue à vivre, mais plus comme avant. Différemment. Accepter.
A bientôt Anaïs :hello
Avatar de l’utilisateur
Par chris
#314715
Bonsoir Anais

Je pense que tu subits le contre coup de tout ce que tu as vécu, la pression est tombée et ton corps réagit.

Comme Fanette, je dis aussi qu'il s'agit d'un grand bouleversement et il faut bien se donner le temps de récupérer, d'accepter et de se réapproprier ce nouveau corps.

Tu as besoin de faire un coupure pour repartir sur de meilleures bases et n'hésites pas à te faire aider, c'est très important

:bronze
Avatar de l’utilisateur
Par Rosy
#314728
L'après opération est difficile. d'abord, Il fallait gérer cette reconnaissance de ce nouveau corps, vivre différemment un temps, ça c'était "normal". et puis là, c'était de trop avec la reprise du travail en plus. trop à assumer physiquement et intellectuellement. du coup, tu es au bout du rouleau.le médecin a bien fait de te mettre en arrêt, surtout prend le temps qu'il faut et te faire aider pour arriver à sortir tout cela, toute cette accumulation de souffrances est vraiment nécessaire. il te faudra peut-être un peu plus de temps que quelqu'un d'autre mais tu y arriveras. n'hésite pas à mettre par écrit ton ressenti, tes souffrances, cela permet aussi de les évacuer, de mettre à plat. les gens autour de toi ne comprennent pas ce que tu ressens, normal, ils ne l'ont pas vécu. ne te pose pas trop de question quant à une éventuelle future opération, tu n'y es pas encore et rien n'est sûr. laisse venir, pense à aujourd'hui, avance pas par pas. accorde toi des moments de repos, des occupations qui te font plaisir..... courage à toi, tu as la force en toi pour te battre, pour retrouver ta joie de vivre avec un dos droit. on y croit :bronze1
  • 1
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8

N'hésitez plus et faites un don à l'association !